Imprimer Envoyer a un ami

Arrivée de 7 tablettes numériques à Ordilangue !

Le 28 mars 2018 Pour mettre en place ce nouvel outil, une mission particulière de 4 mois (octobre-janvier) a été créée afin d’embaucher une animatrice Français Langues Etrangères (FLE).

Cette acquisition a, à la fois permis à Ordilangue de diversifier son utilisation des outils numériques en s’adaptant à l’offre actuelle, et renforcer la lutte pour l’inclusion numérique.

La tablette offre plusieurs avantages :

Le savoir est à portée de mains : elle est accessible, car moins cher à l’achat qu’un ordinateur.
De même, la plupart des applications sont
téléchargeables gratuitement et facilement, y compris sur les smartphones personnels des apprenants.

Elle est ergonomique : mobile et tactile, la prise en main de la tablette est aisée et rapide, quelles que soient les générations d’utilisateurs. Certaines applications sont également très bien conçues, à la fois interactives et complètes, offrant un programme préconçu. A première vue, elle rend donc l’apprenant plus autonome dans son apprentissage.  

L’apprentissage est efficace : la tablette est simple d’utilisation pour les plus aguerris et mêle différents styles d’apprentissage (visuel, auditif, kinesthésiques…), offrant ainsi des possibilités pédagogiques multiples. Elle est donc un outil motivant.

L’apprentissage est différencié : la tablette étant un outil simple, tout-en-un, motivant et adapté aux différents niveaux, elle permet une meilleure gestion de l’hétérogénéité que l’ordinateur.

Des applications pour grands débutants : plusieurs applications sont utilisées par des personnes ayant été scolarisées permettant une première approche du français. 

Les tablettes offrent également des possibilités infinies de travaux de groupe collaboratifs comme l’élaboration de livres sonores, des court-métrages, des vidéos d’animation etc. Un outil dont tirera peut-être partie l’atelier blog pour développer sa créativité. 

La période d’expérimentation a également permis aux animatrices FLE de s’interroger sur d’éventuelles mises en garde :

Comment apprendre à écrire ? les recherches en neurosciences cognitives ont mis en lumière le fait qu’écrire à la main reste le meilleur moyen pour mémoriser l’écriture. Le clavier mais surtout le cahier restent donc des outils complémentaires au clavier tactile de la tablette, notamment pour les alphabétisants et les apprenants dont l’alphabet d’origine n’est pas l’alphabet latin.

Peu d’applications pour les alphabétisants : malheureusement les applications d’alphabétisation sont encore rares et limitées en contenu pédagogique. Ce profil d’apprenant nécessite un accompagnement plus important et le côté intuitif de la tablette, s’il est remarquablement plus développé que la navigation sur internet, reste souvent problématique dans une utilisation en autonomie.

Comment apprendre à apprendre ? la tablette permet des feedbacks immédiats et souvent bien conçus. Toutefois, selon le parcours d’apprentissage ou la personnalité de l’apprenant, le feedback ne suffit pas et l’accompagnement de l’animatrice est nécessaire pour vérifier la compréhension de l’erreur.

La tablette en complémentarité de l’ordinateur : certains apprenants ont souhaité continuer à apprendre avec l’ordinateur, tout comme certains ont été séduits par la tablette. Sans remettre en question les envies de chacun, l’animatrice aide à faire comprendre la complémentarité de ces outils tant sur le plan pédagogique que cognitif voire dans une utilisation d’insertion sociale. Toutefois la motivation restant au cœur d’un apprentissage réussi, il s’agit aussi de gérer la frustration de l’apprenant.

La présence de l’animatrice pour guider l’apprentissage : l’accessibilité du savoir et l’autonomisation par la tablette, si elle fait bouger les lignes, ne remet pas en question la place de l’animatrice qui, comme dans un atelier classique, reste là pour guider et vérifier l’apprentissage. La tablette est un outil et ne saurait se substituer au formateur.

Anne Marié, Animatrice FLE du Centre Social Carrefour 18