Imprimer Envoyer a un ami

Administratrice humble et engagée au Centre Social Ty-Blosne

Marie-Françoise Valentin,

Le 22 mars 2017

Marie Françoise, originaire des Vosges, est arrivée en Bretagne à Rennes dans la quartier du Blosne en 1989 suite à la mutation de son mari Jean Luc .Après 23 années passées à l’Hôpital Sud en tant qu’infirmière en Diabétologie Endocrinologie, en 2011 Marie-Françoise a pris sa retraite

Après quelques mois « d’inactivité » comme elle se plait à le dire, à la demande de Jean Luc qui était chauffeur à l’épicerie sociale Ty Sol, elle à rejoint en 2012 l’équipe. Au départ, « c’était un peu pour voir en quoi consistait cette épicerie solidaire, à qui s’adressait-elle ? quel était son fonctionnement, qui y participait ? …….et « pour ne pas me couper du monde »

Au début elle a fait partie de l’équipe d’approvisionnement, ce qui lui a permis de découvrir le « Café des Epices », lieu de rendez-vous avant le départ pour Biocoop et la Banque Alimentaire. Très vite elle a participé aux rangements des produits alimentaires et à la distribution.

« Cela m’a permis une prise de contact relationnelle plus importante avec les personnes fréquentant l’épicerie, les bénévoles et les salariées du Centre Social. La bonne humeur, l’engagement personnel et collectif de toutes et tous ont fait que je me suis sentie vite à l’aise au sein de cette équipe ».

Au bout de quelques mois après avoir participé à plusieurs réunions Ty Sol entre bénévoles et salariés, elle est allée à celle du « Collectif d’Animation du Centre Social Ty-Blosne ». Avec toujours sa grande humilité Marie-Françoise nous dit qu’elle ne connaissait pas grand-chose du Centre Social et encore moins de l’Espace Social Commun du Blosne. « Pour moi en tant qu’habitante, un Centre Social était un lieu qui accueillait les personnes en difficulté (sociale, financière, professionnelle…) et qui venaient pour des services, des prestations ! ».Bien au contraire elle a découvert que c’était un lieu où les habitants, les bénévoles et les salariés pouvaient s’exprimer, débattre et échanger. Un lieu où elle pouvait « se rendre utile » en défendant un quotidien solidaire et plus citoyen, où elle pouvait trouver des solutions et mettre en place des projets avec parfois des partenaires ou d’autres associations avec toujours la bienveillance des professionnels du Centre Social.

Cela l’a confortée dans « sa mission » de bénévole, cet esprit qu’elle avait connu dans son action professionnelle : être à l’écoute, créer du lien avec la notion de plaisir à faire les choses ensemble et en respectant des valeurs fortes telles que :  
La solidarité, le partage, la dignité, la tolérance, le respect de l’autre !

C’est ainsi qu’en 2014 elle s’est investie dans les Tables de Quartier avec cet objectif de donner la parole « aux citoyens invisibles » pour développer du lien social dans leur quartier avec tous les acteurs du quartier….. »Un véritable challenge agrémenté de belles rencontres, d’émotions, de questionnements souvent, permettant de se remettre en cause face à certaines situations » .

Lors de l’ assemblée plénière du Centre Social Ty-Bosne en 2015 et devant le manque de volontaires pour candidater au poste d’administrateur, elle s’est lancée dans le bain et en toute connaissance de cause, suite à son parcours depuis 2012, se sentant plus au fait du fonctionnement du Centre Social, des projets et des attentes de tous !

« Le rôle d’administratrice n’est pas anodin, il faut savoir se positionner face aux projets du centre, être à l’initiative de certains et savoir les défendre, remettre en cause d’autres en justifiant la non faisabilité, définir la priorité des actions en agissant dans la concertation et le dialogue, délibérer sur le rapport d’activité du Centre Social. Cette représentativité au Conseil d’Administration de l’ARCS où je porte pour mon centre les valeurs de l’Association avec les autres administrateurs des autres Centres Sociaux ! ».

Ces engagements m’ont amenée à me poser de nombreuses questions sur le rapport entre bénévoles et salariés, entre bénévoles et usagers habitants. Comment faire en sorte que l’intérêt général puisse s’accorder avec les intérêts personnels ? J’ai pu donc travailler à la convention bénévoles /salariés. Moments d’échanges passionnants et de réflexion que je n’avais pu aborder au début de mon engagement associatif.

« Depuis 15 ans je suis administratrice et bénévole au réseau Diabète 35 cet engagement coulait de source » puisque Marie-Françoise était très impliquée dans son engagement professionnel. Toutes ces expériences autour de « la relation d’aide » jalonnent son parcours de militante associative Marie-Françoise est aussi impliquée dans le Comité de Quartier, elle agit également dans le journal « Le Ruisseau du Blosne » et pour être totalement complet elle assure une partie de animations de l’AMAP depuis sa création il y a 6 ans !!!

Depuis septembre 2016 Marie-Françoise participe à la commission Vie Associative de l’ARCS, elle mesure par cette participation la force du lien entre les Centres et l’ARCS, elle peut rencontrer et dialoguer avec d’autres administrateurs. Sa participation à la formation sur les fondamentaux des Centres Sociaux et la valorisation du pouvoir d’agir des habitants renforce encore plus son engagement.

Lorsqu’on lui demande des points forts de ces dernières années Marie-Françoise répond :

- le travail sur le renouvellement du projet social de Ty-Blosne (2016-2019)

- sa participation au congrès régional d’Erdeven, rencontrer d’autres centres, la compréhension de la dimension fédérale (nous ne sommes pas tout seul, ensemble sur nos valeurs nous sommes plus forts)

- la démarche inter centres sur la Laïcité

Marie-Françoise, quels messages souhaites tu faire passer ?

« Le bénévolat est une belle action quand on sait s’impliquer tout en restant soi-même. Le bénévolat oblige à « rester humble » . Je souhaite que collectivement nous trouvions les « trucs » pour que les habitants participent plus au sein de notre collectif ! Le lien avec les professionnels et les autres bénévoles permet de bien gérer son engagement, la connaissance de nos limites en évitant l’éparpillement ! Je souhaite que tous trouvent le même plaisir que je trouve en participant à la vie de Ty-Blosne et de l’ARCS ! »

Jean-Luc Masson,
Co-président