Imprimer Envoyer a un ami

Article Ouest France du jeudi 25 mars 2010

La « nounoursologie » soigne aussi les enfants

Comment dédramatiser le monde médical pour les tout-petits ? En soignant par exemple leurs nounours !Un concept original qui va attirer, jusqu'à demain, 300 enfants à Carrefour 18.

Reportage
« Mon nounours est tombé d'une branche. Il a mal à la tête. » Yassin, 5 ans, commence alors, pour sauver le grand blessé, une course joyeuse et ludique. Bienvenue à l'hôpital des nounours qui s'est installé jusqu'à vendredi, à Carrefour 18, dans le quartier du Blosne.

Selon Flora Roblot, étudiante en médecine, les différents stands du parcours doivent permettre « d'aborder différemment le monde hospitalier, de le dédramatiser, d'en avoir moins peur, et cela à la manière d'un jeu ». C'est d'ailleurs dans le but de mieux comprendre le symbole du nounours pour l'enfant que les animateurs ont rencontré au préalable une pédo-psychiatre. Devant Yassin, un hôpital à son échelle, monté de toutes pièces par les étudiants bénévoles du domaine santé de Rennes 1, qu'il s'apprête à découvrir.

« Ils y croient vraiment »
Première étape indispensable, le remplissage du carnet de santé, suivie de la pesée et de la mesure du nounours. Interviennent ensuite les « nounoursologues » qui expliquent au petit garçon les fonctions des vaccins et des médicaments, nécessaires au rétablissement du malade. Il lui faudra donc du « Stop-bobos » et du « Dégonfleur » pour survivre ! Des noms loufoques pour une pédagogie à la fois douce et efficace.
Une radio plus tard, faite dans un appareil à rayons X en carton et papier alu, c'est l'heure de l'opération. Comme dans la vraie vie, Yassin accompagne son ourson jusqu'au bloc opératoire, avec charlotte et surchaussures, et ne le retrouve qu'à la sortie, en salle de réveil. Une sortie qui marque la fin du parcours et donc le retour à la réalité. Un retour nécessaire puisque selon Flora « les enfants, pris dans le jeu, y croient vraiment ».

Prévention
La mission de Yassin, est, comme pour tous les autres, un succès. Car, bien entendu, aucun nounours ne meurt dans cet hôpital un peu spécial ! Quelques mètres après la sortie, un atelier cabinet de dentiste dispense des conseils pour se brosser les dents efficacement. Ajoutés à cela, les jeux nutrition santé qui assurent eux aussi un rôle de prévention.
Une expérience perçue comme enrichissante, dont les parents font un bon écho aux enseignants et responsables des centres de loisirs. Rendu possible par la ville de Rennes qui loue gratuitement la salle et l'hôpital qui prête du matériel, « L'Hôpital de nounours » s'inscrit dans l'action de l'association Anim'hosto qui souhaite donner à l'hôpital une dimension plus joyeuse. Ainsi, les mêmes étudiants accompagnent au cinéma ou au Stade des personnes handicapées. L'université aussi apporte, via des subventions, sa contribution au projet.
Entre les caries en pâte à modeler grise du stand dentaire et les « Tue-bébêtes » et « Stop-gratouille » de la pharmacie, c'est tout un monde qui, pour des enfants de 4 à 6 ans, devient plus abordable, clair, et compréhensible. Le tout dans une bonne humeur enfantine !