Imprimer Envoyer a un ami

Article du site de la Ville de Rennes

Être citoyen à Maurepas

 

CB / Ville de Rennes
CB / Ville de Rennes

Être citoyen est un engagement qu'il faut remettre sans cesse sur le métier. Tel pourrait être la devise du nouveau groupe Cité Citoyen. Il tenait son assemblée, le 10 juin, à l'atelier culturel de Maurepas.


Banquettes rouges, sièges en rotin, odeur de peinture des caisses peintes par les adolescents pour la course de quartier… l'assemblée plénière du groupe Cité Citoyen prend place. Simone, Marie-Thérèse, Arlette, Graziella… une quinzaine de personnes sont venues débattre librement du fonctionnement et de la mise en œuvre d'un projet citoyen nouvelle génération. L'idée : permettre aux habitants de comprendre le fonctionnement politique, dans le vrai sens du mot politique ou « polis », cité. Un exercice de démocratie participative où les compétences de chacun sont valorisées de façon transversale. Petite explication de texte.

Cibler les compétences des institutions


 « Nous nous sommes retrouvés pour discuter, interpellés par le fait que seul un habitant sur trois, à Maurepas, s'était déplacé pour voter aux élections municipales », se souvient Sylvain, animateur à l'Espace social commun qui partage alors ses réflexions avec Jean-Luc de la Maison de quartier et Pascal du Temps d'agir. « En tant que travailleurs sociaux, nous avons vocation à associer les habitants à des projets qui intéressent la vie de la cité. Voter est aussi un acte contributif. »

 « Nous souhaitions partir de la réalité du quartier pour voir comment les acteurs publics agissent sur notre quotidien. Quels sont les champs de compétence des instances politiques et administratives ? Qui a compétence à quoi ? » La sécurité, par exemple, est une compétence d'État et non municipale ; une notion pas toujours comprise par les habitants.

Un parcours découverte




Il s'agit pour les trois animateurs, pilotes du projet, « d'expérimenter au niveau de cette assemblée un fonctionnement politique. Nous avons ainsi élaboré une constitution, plutôt qu'un règlement. » Ce texte fédérateur a fait l'objet d'un vote, avec listes d'émargement, bureau de vote et bulletins secrets. « Nous avons obtenus 88% de oui avec une participation de 73% de votants », affirme non sans humour Sylvain.

Trois groupes de travail reprennent les thématiques qui intéressent au plus près les habitants de la cité : le développement durable (environnement, social et économie) ; la question du vivre ensemble ; l'éducation et la culture. « On souhaite proposer, à partir de ces thématiques, un parcours de découverte des institutions et comprendre leur champ d'intervention, en rencontrant à chaque fois un représentant. » Une première visite au Parlement européen de Bruxelles a été organisée ; suivront l'Assemblée nationale, le Sénat, le conseil général et le conseil régional.
Deuxième étape : « Nous rendre, courant 2010, dans une ville européenne jumelée avec Rennes pour comprendre comment nos trois thématiques sont abordées dans d'autres communautés. »

Une dimension humaine


L'approche citoyenne se veut ici démocratique et studieuse, à l'image des débats qui ont abordé tour à tour les élections européennes, le secteur vidéo, les objectifs d'un projet citoyen sur le quartier…
Mais au-delà, ce sont les compétences de chacun qui donneront chair au projet. Gérard est passionné de vidéo, il suit les rencontres depuis le début. Il propose la création d'un secteur vidéo, pour réaliser des reportages mis en ligne sur Internet. « Nous pourrons ainsi apporter un témoignage audiovisuel sur notre projet et nous faire connaître auprès des citoyens de Maurepas, en France et en Europe, mais aussi auprès des médias locaux. »
Pouvoir se familiariser avec l'outil vidéo mais aussi informatique est une autre clef d'entrée. « Lors de nos rencontres avec les habitants des villes jumelées, un habitant qui connaît la langue du pays pourrait nous piloter », constate Sylvain. Au final, le projet Cité citoyen de Maurepas sera ce que les habitants choisiront d'en faire… Ce sera en tous les cas un outil pour apprendre à se frotter les uns aux autres, sans animosité et dans le respect des différences.  

Christine Barbedet

Impressions d'habitants


Charlemagne
: « Je suis intéressé par la question du développement durable. Avec les effets de serre et le réchauffement de la planète, il y a quelque chose à faire dans le monde et évidemment, cela doit commencer par le quartier pour que les gens changent leur comportement. Autrement, j'ai été très intéressé par les explications données lors de la visite du Parlement européen de Bruxelles. Je ne savais pas comment cela fonctionnait ».

Gérard : « Si pour les élections européennes, ils avaient offerts un verre dans les bureaux de vote comme nous l'avons fait ici quand nous avons voté la constitution de notre projet citoyen, il y aurait eu plus de monde. Non, plus sérieusement, ce qui m'a intéressé dans ce projet de citoyen « vadrouilleur », c'est de sensibiliser le lecteur lambda au fonctionnement des institutions européennes et de la République. »

Suzanne : « J'ai foncé dès le début. C'est le vivre ensemble qui m'intéresse. Je crois que si les élections européennes ont mobilisé si peu de monde c'est parce que les politiques ne viennent pas expliquer, au moins une fois par an, aux habitants ce qu'ils ont fait. Etre citoyen c'est pour moi un devoir. Et ce projet qui n'a pas été parachuté d'en haut, mais vient de la base par nos animateurs de quartier, est intéressant quelles que soient les tendances de chacun. Dans le quartier, certains ne sont même pas inscrits sur les listes électorales...  »

• Prochaine rencontre : mercredi 1er juillet à partir de 18 h au centre social, réunion suivie d'un barbecue géant où chacun peut apporter sa grillade. Renseignements : sylvain.lemoal@assoarcs.com; Jean-Luc : mqm@hotmail.fr; Pascal et Frédéric : letempsdagir@orange.fr