Imprimer Envoyer a un ami

Article de Ouest France du jeudi 21 janvier 2010

Gilbert façonne son orgue de barbarie - Rennes

Gilbert Elléouët connaît tout de la menuiserie, activité qu'il a exercée depuis l'âge de 14 ans. « Il y a quelques années, j'ai rencontré quelqu'un qui avait construit son orgue de barbarie. Et c'est lui qui m'a demandé si je voulais m'y mettre ». Il s'y est mis, plongeant dans des plans pour en comprendre leur complexité.

Pour ce qui est de l'apparence extérieur, tout en merisier, Gilbert n'a éprouvé aucune difficulté. Mais à l'intérieur ça se complique quelque peu. On y trouve soufflets, sifflets, poulies, boîtes à soupapes, bielles. Enfin tout ce qui entraîne un carton perforé et produit des notes de musique. « Au début les sifflets ne marchaient et j'avais mis les poulies à l'envers ».

Après plusieurs essais, son Erman, à 27 touches pneumatiques, a livré sa musique et ses chansons comme Un gamin de Paris, Le temps des cerises ou Mon amant de Saint-Jean. 400 heures de travail. Avec au bout un orgue de barbarie flambant neuf. Que Gilbert sollicite lors de ses réunions familiales et qu'il déplace à l'occasion dans des écoles. Il a maintenant pris la main et surtout le rythme. « Il faut dérouler le carton à 6 cm/seconde, sans cela c'est le canard assuré ».

A voir jusqu'au 7 février, au centre social Ty Blosne, dans le cadre des Talents Z'Anonymes.